Enveloppes et cartes postales - Grande Guerre  

Collection Michel Saint-Loup


ni vente, ni échange

neither sale, nor exchange


Ce travail de collection (octobre 2011) fait suite à l'ouvrage


MÉMORIAL . Pierre et Joseph Saint-Loup . La Grande Guerre

http://michelsl.com/memorial/01-001.html



INTRODUCTION


Ces enveloppes et cartes postales que vous découvrirez bientôt

auront d'abord été collectionnées par mon arrière-grand-père

Émile Saint-Loup (1864-1950).


Je vous laisse découvrir son parcours avec l'Union Philathélique de Montréal (Québec) en vous partageant en annexe un petit extrait de l'ouvrage que je lui aurai consacré. Fin collectionneur de timbres et de vignettes, c'est vers 1942 qu'il liquidait sa collection de timbres pour ne conserver que ses vignettes. C'est mon grand-père puis mon père qui auront par la suite conservé cette précieuse collection pour que j'en hérite ensuite. En ouvrant les nombreuses boîtes, je découvrais le contenu du trésor, où se mêlaient entre autres des liasses pêle-mêle d'enveloppes et de cartes postales. Le tout fut collecté et conservé par Émile, d'une part, certains items ayant une valeur philatélique certes, mais aussi familiale, et d'autre part, pour tout marcophile et intéressé aux faits de cette Grande Guerre, pour la valeur historique, postale, militaire et civile. S'étant donc concentré davantage sur certaines catégories de ses vignettes, il n'avait rien élaboré encore du coté de ces enveloppes et cartes postales, ayant tout de même effectué quelques recherches ici et là, car on remarque des annotations sur quelques-unes d'entre-elles et dans son livre de Stéphane Strowski; Les estampilles postales de la Grande Guerre - édition 1920 environ . Je réunissais d'abord tout ce qui était en rapport à ses deux fils, Pierre et Joseph, qui auront participé à la Grande Guerre de 1914-1918, afin de les joindre à l'ouvrage mentionné plus haut. Ce travail terminé, j'élaborais maintenant cette collection. Voici donc toutes les enveloppes et cartes postales concernant la période 1914-1920 ici réunies dans un même ouvrage, avec une fiche descriptive pour chacune d'entre elles. Novice, j'aurai tenté de développer du mieux que je le pouvais; le tout évoluera sans doute avec le temps. Le contenu textuel et souvent intime sera quelquefois censuré dans cet ouvrage, cette collection ne voulant que servir une étude marcophile et postale liée au temps de cette Guerre, permettant de même de trouver ici et là des informations particulières sur un soldat ou une unité à un moment donné... 


Suggestion: afin d'ouvrir davantage l'introduction en la matière, il ne serait pas

négligeable d'aller lire les quelques lignes qui figurent à propos des Postes dans le

MÉMORIAL . Pierre et Joseph Saint-Loup . La Grande Guerre.


Bon plaisir


Michel Saint-Loup

Pour me joindre:  msl.corr.14.18@videotron.ca

                                                                      _________________________________


Dernière mise à jour :

2012 -11 septembre, ajout de la remarque 11 à la page de l'intro, concernant la Franchise postale

2012 -19 avril, nouvel hébergement, changement d'adresse et nouvel adresse courriel pour me joindre

2011- 5 novembre (ajouts  19190910,  19151202b,  19151202 devenant 19151202a)

2011- 4 novembre (ajouts: 19160719 ,  19160723 )

2011- 2 novembre (ajouts: 19161219a ,  19161219 devenant 19161219b ,  19170700 , 19170823 ,  19170908 )

2011- 26 octobre 2011 (lancement du site)


                                                                   

 
PLAN du domaine - sites- sommairehttp://www.michelsl.com/Plan-domaine-sites/sommaire.htmlhttp://www.michelsl.com/Plan-domaine-sites/sommaire.htmlshapeimage_1_link_0
 

ENVELOPPES  ET  CARTES POSTALES

( 410 en tout )


                             1914   chapitre I


                             1915   chapitre II


                             1916   chapitre III


                             1917   chapitre IV


                             1918   chapitre V


                             1919   chapitre VI


                             1920   chapitre VII


                   s.d. / sans date précise   chapitre VIII

                     (39 restantes, dont 34 classées par localités)

__________________________________

   :  envoi, pli prit en charge par le service postal  (date / cachet)

   :  bureau postal, endroit de réception de l'item, de l'envoi, du pli (date / cachet)

s.d.   :  sans date précise

                   

                                                     Abréviations françaises


BCA   :  Bataillon de Chasseurs Alpins

BCM   :  Bureaux Central Militaire (Poste militaire)

BP   :  Bureau de  Payeur

CA   :  Corps d'Armée

Cie   :  Compagnie

CM   :  correspondance militaire (comme FM, franchise militaire française)

d  :  adresse (index des noms)

DI   :  division d'infanterie

e   :  destinataire (index des noms)

FM   :  franchise militaire française

H   :  haut (mensuration)

HA   :  hôpital auxiliaire

HB   :  hôpital bénévole

HC   :  hôpital complémentaire

L   :  large (mensuration)

Lt   :  lieutenant

Mle   :  matricule (numéro de)

mm   :  milimètres

MPLF-MDH   :  Mort pour la France / Mémoire des Hommes

PTT   :  (civil) Postes, Télégraphes et Téléphones

QG   :  Quartier Général

RP   :  République Française

RI   :  régiment d'infanterie

RM   :  région militaire

SP   :  secteur postal

ZI   :  zone des Armées

ZA   :  zone de l'intérieur (civil)


                                                   Abréviations britanniques


A   Afternoon (sur les timbre à date, signifiant une levée de courrier après midi)

B   :  Before noon (sur les timbre à date, signifiant une levée de courrier avant midi)

BFPO   :  British Force Post Office

APO   :  Army Post Office

BEF   :  British Expeditionary Force

FPO   :  Field Post Office (Grande-Bretagne)

Lt   : lieutenant

REPS   :  Royal Engineers Postal Section

OAS   :  On Active Service (franchise militaire britannique)

OHMS   :  On Her Majesty's Service (franchise militaire britannique)


                                                  Abréviations étasuniennes


AEF   American Expeditionary Forces

APO   :  Army Post Office (bureau stationnaire)

AS   :  Air Service

ASSRC   :  Aviation Section Signal Reserve Corps, qui deviendra le Air Service des A.E.F.

FPO   Field Post Office (mobile, suivant le corps auquel il est rattaché)

K of C   :  Knights of Colombus

MPES  :   Military Postal Express Service

Pvt   :  private (soldat)

RDF     Rural free delivery (service postal rural gratuit)

Sqdn   :  squadron (escadron)

US   :  United-States

USAS   :  United-States Air Serrvice

YMCA   :  Young Men's Christian Association

                                Abréviations des noms de pays concernés dans ce travail:


DE   Allemagne ( Deutshland ) Triplice: Empire allemand, austro-hongrois et Royaume d'italie

        (Italie qui finalement se déclarera neutre en septembre 1914)

AT   Autriche ( Österreich ) Triplice: Empire allemand, austro-hongrois et Royaume d'italie

        (Italie qui finalement se déclarera neutre en septembre 1914)

BB   Barbades / colonie britannique / Allié à la Triple Entente

BE   Belgique ( België ) / pays en majeur partie occupé par les Allemands / Allié à la Triple Entente

BG   Bulgarie / avec les empires centraux en 1915 et faisant défection à l'Allemagne, signe l'Armistice en juin 1918

CA   Canada / Dominion britannique  / Allié à la Triple Entente

EG   Égypte / protectorat du Royaume-Uni 1914-1922 Allié à la Triple Entente

ES   Espagne / pays neutre

US   États-Unis  (United States) Alliés à la Triple Entente avril 1917 (1er contingeant débarque en juin)

        Ne ratifient pas le Traité de Versailles et signent un  traité de paix en 1921.

FR   France / Triple Entente FranceRoyaume-Uni et Russie Impériale

        contre la  Triplice: Empire allemand, austro-hongrois et Royaume d'italie

        (Italie qui finalement se déclarera neutre en septembre 1914)

GR   Grèce  (Hellás) neutre / août 1916 Allié à la Triple Entente

IT     Italie / faisait partie de la Triplice, neutre en 1914 et Alliés avec la Triple Entente en mai 1915

JP   Japon / allié Triple-Entente

LU   Luxembourg  ( Lëtzebuerg ) / neutre / pays envahi en 1914 par les Allemands

LY   Libye italienne  (Empire Ottoman / Tripolitaine et Cyrénaïque)

MA   Maroc / 1912-1956 en partie protectorat espagnol et français

NL   Pays-Bas  (Koninkrijk der Nederlanden)  pays neutre

PL   Pologne / divisée entre Russie, Allemagne et Autriche

        / Alliée, avec la Russie tsarine / Des troupes sont formées en France.

RO   Roumanie / neutre en 1914 / Alliée en août 1916

GB   Royaume-UnI / United Kingdom (Grande-Bretagne / Great Britain) / Allié à la Triple Entente

CH   Suisse (Schweiz)  pays neutre

TN   Tunisie  (Tūnis) 1881-1956 protectorat français.


                                                          __________________________________

                     INDEX de recherches par thèmes

Les liens ne sont pas encore tous créés afin de voyager à partir des index.  Vous pouvez malgré tout copier-coller ou inscrire le No de référence de votre choix (sans astérisque s'il y a) et remplacer la fin de l'adresse dans la bande-adresse par ce dernier ( entre la dernière barre oblique et le .html )

Des informations se retrouvent aussi au niveau des index.

NOMS


Vous comprendrez qu'il était quelquefois difficile de déchiffrer et de  transcrire le nom exact et vous me voyez désolé si j'ai écorché certains d'entre eux. J'implore ici votre indulgence, et si toutefois vous pouvez apporter votre petit «coup d'oeil», la chose sera bien appréciée. Si vous cherchez un nom en particulier, soyez donc attentif à des consonances similaires et/ou des épellations différentes.



ARMÉES - CORPS

         I - Aviation FR

         II - Artillerie FR

         III - Brancardiers FR

         IV - Chasseurs FR

         V - Génie FR

         VI - Infanterie FR

         VII - autres FR

         VIII - divers / autres pays


LIEUX  /  localités


PAYS rencontrés, autres que France


CACHETS POSTAUX CIVILS / localités


CACHETS  POSTAUX MILITAIRES  FRANÇAIS

         I - Trésor et Postes

         II - Poste aux Armées

         III - Bureaux Frontières

         IV - Bureaux Ambulants


CACHETS  POSTAUX MILITAIRES  BRITANNIQUES

         I - Base Post Office

         II - Army  Post Office / APO

         III - Field Post Office /  FPO

         IV - APO ou FPO


CACHETS  POSTAUX MILITAIRES ÉTATSUNIENS


ESTAMPES / diverses mentions postales


CACHETS POSTAUX / FLAMMES


CONTRÔLE et CENSURE  MILITAIRE


PRISONNIERS (en rapport)


SANTÉ - HUMANITAIRE


CARTES POSTALES  (officielles et autres)


TIMBRES   (option grand format au niveau des fiches)


__________________________________

   .   .   .   .   .   .   ABRÉVIATIONS   .   .   .   .   .   .   


Abréviations françaises FR

Abréviations britanniques GB

Abréviations étasuniennes  US

  Abréviations des noms de pays concernés dans ce travail


.   .   .   .   .   .   .   REMARQUES.   .   .   .   .   .   .


1 - CACHETS POSTAUX / TIMBRES À DATE


2 - FR  /  BUREAUX FRONTIÈRES,  BUREAUX PAYEURS /

  POSTE AUX ARMÉES, SECTEURS POSTAUX


3 - FR / COMMISSIONS DE CONTRÔLE POSTAL MILITAIRE


4 - FR / MARRAINES DE GUERRE


5 - FR / SIGNALEUR / COUREUR / AGENT DE LIAISON


6 - US  YMCA / FR  FOYERS DU SOLDAT  FR US union franco-américaine


7 - US  K of C / KNIGHTS OF COLOMBUS


8 - US   ÉTATS-UNIS

Traités et démobilisation des Forces Expéditionnaires Américaines


9 - GB  /  27th AERO SQUADRON  /  1st PURSUIT GROUP


10 - DE / TRADUCTION de MOTS ET TERMES ALLEMANDS 

   

                   11 - France / extrait  - loi et décret / FRANCHISE - correspondance militaire

REMARQUE  5  -  FR / SIGNALEUR / COUREUR / AGENT DE LIAISON


Concernant les fiches No:

19171030   19171108   19171112   19171122   19171126


Il appert que deux termes se confondent à l'occasion: «agent de liaison» et «coureur» ce dernier terme pouvant s'apparenter à la tâche de «signaleur». Je décrirai donc celle du «coureur» ainsi: sur le front, les pièces d’artillerie étaient en retrait de la première ligne, et parfois, à plus d’un kilomètre de son objectif. La visée de ces canons, afin de réussir un tir, nécessitait les données de distance et d’orientation. Le coureur (et/ou le signaleur) faisait donc la liaison entre la première ligne et la batterie d’artillerie de façon à faire ajuster le tir ou corriger le prochain. Il devenait donc souvent s’exposer dangereusement à l’ennemi, sujet aux tirs, traversant des zones du front, empiétant le no man's land à l'occasion, et puis souvent dans la boue, à travers un terrain ravagé par les trous d'obus, sans compter les nombreux cadavres qui gisaient ici et là (information tirée entre autres de quelques sites et récits de guerres de coureurs). À Verdun on envoyait même trois coureurs (signaleurs) afin d’être sûr qu’il en revienne un. Une fois les informations rapportées une première fois, on préférait même ajuster afin de tirer un peu plus loin le premier coup, étant sûr que le mortier ne tombe pas sur les camarades de premières lignes, ou même sur un autre coureur, tapi quelque part à vérifier le tir afin d’ajuster le prochain. Joseph Saint-Loup exécutait-il aussi cette version ou voulait-il ne pas inquiéter la famille en ne mentionnant qu'un aspect de son travail! Mais puisqu'il nous mentionne des plis postaux, je le vois davantage effectuant le travail de liaison, de transport de plis et documents, comme je décrirais ici, agent de liaison: une tâche de tous les instants, mais de préférence la nuit si possible. Un travail devenant encore plus dangereux lors d'opérations d'assaut rendant le téléphone impossible (ou un aspect du travail de signaleur impossible dû à la géographie de terrain), sorti des zones de protections. Le travail d'agent de liaison, bien qu'il puisse avoir un rapprochement avec celui du coureur (signaleur), consistait donc au transport des messages importants (en priorité), par relais s'il y a lieu, entre les différents postes et/ou l'état-major (ordres à une unité par un supérieur; mouvements et de situations des troupes, leurs besoins, leurs demandes, le courrier, etc.). Cette tâche se faisait donc à pied sur le front à l'avant, à travers tranchées, boyaux et terrains dangereux, no man's land lors d'avancée, puis en relais à l'arrière front, en bicyclette ou autre moyen de transport. L'agent portait un écusson ou un brassard voyant à la manche lui donnant priorité de passage si besoin était. Il y avait aussi des chiens et des pigeons agents de liaison.


__________________________________

REMARQUE  6  -  US  YMCA / FOYERS DU SOLDAT  FR US union Franco-américaine


Concernant les fiches No:

19180203   19180527   19180813   19180820x4   19180820x5   19180820x6   19180822   19180911   19181101a  19181215   19190222   19190423   19190525   19190526


YMCA Institution humanitaire fondée en 1844, d'abord pour aider à améliorer les conditions de travail des jeunes... puis élargissant son mandat et créant des YMCA indépandantes dans différents pays. Dès 1910 Emmanuel Sautter, Francais, fut secrétaire général du Comité universel des YMCA en France, et devenait par la suite Directeur général responsable du programme des Foyers du Soldat. Les premiers Foyers ouvraient fin 1914 à Saint-Dié (inauguration 25 janvier 1915 / source: Une Oeuvre de Guerre / Les foyers du Soldat de l'Union Franco-Américaine / Emm. Sautter / préface du Maréchal Pétain / 1920) et à Bacarrat (inauguré le 26 / même source), puis en février 1915 à Gérardmer, etc. En septembre le Général Joffre autorisait l'ouverture de nouveaux Foyers. On en compte 78 à l'été 1917. Lors de l'entrée en guerre des États-Unis (avril 1917), les Foyers du Soldat prirent de l'expansion grâce à une association (Union Franco-Américaine) entre la YMCA américaine (Darius Davis représentait l'Association) et l'Armée française (et le Général Pétain qui prenait en main l'Armée après les «mutineries» avril-mai-juin, et voulant aussi rafraîchir le moral des troupes, dont un des aspects  fait donc ici figure) de façon à promouvoir le soutien moral au plus grand nombre (Américains comme Français). De cette association (accord signé le 27 août) naissaient 100 nouveaux Foyers. L'apport en locaux, quartiers généraux, ameublement, ainsi que moyens de transport furent facilités par l'Armée française. En novembre 1917 ont joint plusieurs associations humanitaires, qui ainsi fédérées allaient faire ouvrir près de 1300 nouveaux Foyers. En tout, 1534 Foyers furent créés, dont 1091 en ZI. La YMCA américaine, dès 1917 et l'arrivée du premier contingent en juin 1917, était prête à aider les soldats américains de multiples façons; entre autres en leur fournissant  des «Huts» (égal des Foyers du Soldat); endroits de repos où l'on offrait le soutien moral aux troupes, mais aussi offrant divers produits de plaisirs et de consommation (chocolat, biscuits, activités culturelles, etc)... sans oublier papier, enveloppes et timbres. La YMCA avait aussi commencé à aider les soldats britanniques dès 1914.


__________________________________

REMARQUE  7  -  US / K of C / KNIGHTS OF COLOMBUS


Concernant les fiches No:

19180301   19180820x3   19181015   19181019   19181023   19181123b   19181123c   19181128a   19181129   19181200   19190327


Knights of Columbus (fondé en 1881) 1917 à 1919, quartier général au 16 Place de la Madeleine, 8e Arr. Paris. Organisme humanitaire qui supportait les troupes ( lieux de repos : «huts»), support moral, papier, enveloppes, cigarettes et friandises sur place pour les soldats). Un club important fut aussi ouvert entre autres à Saint-Nazaire, qui était un port important de la Ligne de Communication (LOC) des AEF (Force Expéditionnaires Américaine). Les K of C offraient plus particulièrement le «confort» dans leurs différents Clubs: bains... fort appréciés, sports, activités culturelles pour les hommes de troupes en permission dans la zone intérieure.


__________________________________

REMARQUE  9  -  GB /   27th AERO SQUADRON  /  1st PURSUIT GROUP


Concernant les fiches No :

27th 19180301   19180425

27th -1st Pursuit Group 19180527   19180619   19180624   19180820x1   19180820x3  

                                        19180904   19181019

27th 19190113   19190130   19190222   19190224   s.d.EU02


US Army Air Service - American expeditionary forces

27th Aero Sqdn fut d'abord créé le 8 mai 1917 sous le nom de K Company à Kelly Field, Texas, Étas-Unis. Fut redésigné le 21st Provisional Aero Squadron le 15 octobre suivant pour finalement adopté 27th Aero Sqdn le 23 juillet 1917. Faisant escale en Angleterre pour un temps d'entrainement, il arrive en France au printemps 1918 et prend part au 1st Pursuit Group  (formé le 5 mai 1918 d'abord avec les 94 et 95th Sqdn, sous les ordres de l'Armée française) le 31 mai avec le 147th. Le 27th Aero Sqdn comptait maintenant 30 offficiers et 190 hommes, viendront se joindre plus tard au 1st Pursuit Group les 103rd, et 183rd Aero Squadrons).


S'entrainant d'abord à Issoudun, en 1918, le 1st Pursuit Group fut ensuite basé à Toul au 5 mai, à Touquin au 28 juin 1918, à Saints au 9 juillet (hébergement à Mauperthuis), à Rembercourt au 1er septembre puis au 1st Air Depot à Colombey-les-Belles au 2 décembre.


__________________________________

REMARQUE  8  -  US / ÉTATS-UNIS

Traités et démobilisation des Forces Expéditionnaires Américaines


Les Américains déclaraient la guerre à l'Allemagne le 6 avril 1917, devenant Alliés. Les troupes commencèrent à arriver en France en juin de cette même année.  Bien que la majorité du contingent américain fut envoyé en France, quelques troupes des Forces Expéditionnaires Américaines (AEF) furent aussi envoyées dans diverses régions, notamment en Italie, en Russie et en Sibérie. Au moment de la victoire des Alliés et de l'Armistice du 11 novembre 1918, les Américains demeuraient sur place pour le temps de la démobilisation, attendant la signature du Traité de Paix. Une partie des troupes occupait dès décembre 1918 une grande région allemande jusqu'à Koblenz (Coblence) entre le Luxembourg et le Rhin (rivière). L'AEF occupait donc une partie du territoire allemand afin de garantir le bon déroulement de ce temps d'Armistice. Le nombre des troupes diminuait tranquillement après le Traité de Paix de juin 1919, mais les États-Unis n'avaient pas ratifié ce Traité et demeuraient donc techniquement en guerre contre l'Allemagne, bien que respectant toujours l'Armistice. Il en fut de même au moment de la mise en application de ce Traité de Versailles en janvier 1920, et ce jusqu'à ce que les États-Unis, l'Allemagne et l'Autriche signent leur propre Traité de Paix en août 1921. Ce ne fut qu'à partir de ce moment que les troupes américaines partirent graduellement, et ce jusqu'en janvier 1923.


__________________________________

REMARQUE  2  -  FR /  BUREAUX FRONTIÈRES,  BUREAUX PAYEURS /

                                     POSTE AUX ARMÉES,   SECTEURS POSTAUX


Les estampilles BUREAUX FRONTIÈRES (au niveau de l'Armée / lien ZI-ZA / 1 par Armée) des gares régulatrices seront de moins en moins utilisées à partie de septembre 1915, mais certaines subsistent assez longtemps. Le terme utilisé devient POSTE AUX ARMEES, qui dirige ou reçoit le courrier des différents Secteur Postaux (non des lieux, mais des Corps de troupes souvent en mouvement)


Quelques dates de passage de certains Bureaux Frontières:

A   Besançon,  transporté à Gray en octobre 1916

B   Gray  (1re Armée) 

Is-sur-Tille, Creil, puis à Mantes en 1918

À Troyes à la mobilisation puis à Bricon (Hte-Marne),

       ensuite à Sotteville-lès-Rouen et Le Bourget jusqu'à1918.

      À l'Armistice, à Metz et enfin à Sarrebruck.

E   Troyes 1914-1915

Chaumont, puis Saint-Dizier en août 1916

Reims au début de la guerre, Is-sur-Tille, supprimé en juin 18 puis rétablit à Romanescamp.

H, etc.


Le 15 décembre 1914, les Secteurs Postaux (anciennement nommés Bureaux Payeurs)  seront créés officiellement par décret; 154 bureaux de Payeur deviendront 154 S.P.. La suite des numéros sera créé au fur et à mesure, tout au long de la Guerre, jusqu'au No 241. Chacun des Sevteurs Postaux à son propre cachet (timbre à date) : double cercle au début, puis simple cercle à partir de 1915 (bien que certains secteurs gardent l'ancienne estampe pour un temps) avec en couronne Trésor et Postes - No - *, puis la date au bloc central.


Cheminement du courrier en 1914:

P.T.T. (civil), Bureau centralisateur,

puis en zone Armée, BCM  Bureaux Frontière, Bureau Payeur, Unité,  soldat.

Puis en 1915

P.T.T. (civil), Bureau Centralisateur de Paris, Bureau Centralisateur,

puis en zone Armée, BCM Poste Aux Armées, Secteur Postal, Unité, soldat.


                                                 _________________________________

REMARQUE  3  -  FR / COMMISSIONS DE CONTRÔLE POSTAL MILITAIRE


J'ai trouvé au hasard deux listes des provenances et destinations (sources anonymes), je doute par contre de l'exactitude et il me reste donc à vérifier et faire corroborer le tout. La liste principale (numéros et lieux) est toutefois extraite du livre de Stéphane Strowski (Les estampilles postales de la Grande Guerre, édition 1918-20). Il me faudrait consulter l'ouvrage de Jérôme Bourguignat (Le contrôle postal et télégraphique français pendant la Première Guerre mondiale (1914-1921), Bibliothèque de l’Académie de philatélie, édition 2010) pour en savoir sans doute davantage...  à suivre donc.


Voir provenances et destinations de la collection à l'index CONTRÔLE ET CENSURE MILITAIRE

sous: IV - France FR


Une cinquantaine de No par commission pour autant de tampons et de chefs d'équipe. Le No de contrôle est donc une équipe, celle-ci liée à un lieux.


de 1 à 50 Dieppe  (pour les pays du  Nord-Ouest)

     - courrier en provenance : Hollande, Roumanie,Chili,USA, Suède,Danemark, Mexique, Suisse.

     - destination : France, Paris, Russie.


51 à 100 Belfort

     - courrier en provenance : Grèce, Suisse.

     - destination : France.


101 à 150 Pontarlier (pour l'Europe centrale), puis Beaune, à partir du début de 1919

     - courrier en provenance : Suisse, Serbie, Turquie, France.

     - destination : France, Suisse.


151 à 200 Pontarlier - correspondance des prisonniers de guerre

     - courrier en provenance : Bulgarie, Suisse, Turquie, Russie, Autriche.

     - destination : France, Suisse, Paris.


201 à 250 Lyon  (pour l'Europe centrale)

     - courrier en provenance : Brésil, Espagne, Italie.

     - destination : Suisse, France.


251 à 300 Bellegarde  (pour l'Europe centrale)

     - courrier en provenance : Suisse.

     - destination : France.


301 à 350 Marseille  (pour l'Europe méditerranéenne)

     - courrier en provenance : Grèce, France, Siam, Egypte.                   Afrique Orientale

     - destination : France, Grèce.                                                                    pour la Chine


351 à 400 Bordeaux

     - courrier en provenance : Espagne, Portugal, Egypte, USA.

     - destination : France.


401 à 450 Bourg en Bresse (pour l'Europe centrale)

     - courrier en provenance : Suisse romande, France.

     - destination : France, Suisse.


451 à 500 Narbonne  (pour l'Europe méditerranéenne)

     - courrier en provenance : Espagne, France

     - destination : France, Espagne.


de 500 à 700 ?


701 à 750 Boulogne

     - courrier en provenance : Hollande, Belgique en 1919

     - destination : France.


751 à 775 Alger     (Algérie)

776 à 800 Oran     (Algérie)

801 à 825 Constantine     (Algérie)

826 à 850 Lalla-Marnia     (frontière algéro-marocaine)

851 à 875 Nemours     (France)

876 à 900 Tunis     (Tunisie)

901 à 920 Londres (Grande-Bretagne) supprimé en 1918

921 à 950 ?

951 à 960 Port Saïd     (Égypte)


__________________________________

__________________________________

REMARQUE  1  -  CACHETS POSTAUX - TIMBRE À DATE

Ci-dessous

Accès aux thèmes

Accès au chapitre

REMARQUE  10  -  DE / TRADUCTION de MOTS ET TERMES ALLEMANDS (sous toutes réserves)


abgang   :   sortie / départ (date et/ou heure de départ de la correspondance postale)

eingang   :   entrée / arrivée (date et/ou heure d'entrée de la correspondance postale)

N : nachmittag   :   PM

V : vormittag   :   AM



absender   :   expéditeur

abteilung   :   division / section

arbeitskommando   :   commando de travail (civil)

befördert   :   expédié

brief   :   lettre

briefstelle   :   bureau de correspondance / bureau de poste

briefstempel   :   timbre à date / cachet

feldpost   :   aux armées (du front)

feldpostbrief   :   courrier aux armées

feldpostkarten   :   carte postale (franchise) militaire (du front)

F.a. : frist abgelaufen   :   délai expiré / retard systématique (dû au contrôle)

freigegeben   :   remis gratuitement / franchise militaire  OU autorisé par la censure

gefangenen   :   prisonnier

gefangenenlager   :   camp de prisonniers

gelesen   :   lu

genehmight   :   approuvé (contrôlé)

geöffnet   :   ouverte

geprüft   :   contrôlé, vérifié ou examiné

geprüft und zu befördern   :   contrôlé et à acheminer

haufigkeit   :   contenu.  Contenu textuel: textinhalt

krieg   :   guerre

kiegsgefangenen   :   prisonnier de guerre

kiegsgefangenenlager / KGL   :   camp de prisonniers de guerre

kiegsgefangenenbriefstelle   :   bureau de correspondance de prisonniers de guerre

kiegsgefangenensendung   :   envoi de prisonnier de guerre

kommandantur   :   commandant

lager   :   camp

lazaret   :   hôpital (militaire) de prisonniers de guerre (à proximité des camps)

leichtkranken wagenhaus   :   baraquement pour malades ou blessés légers

nicht   :   campement

P.K.   :   Post Kontrol

post prüfung stelle   :   bureau de contrôle postal

post stelle   :   bureau de poste

prüfung   :   contrôle (on peut voir aufsichtzoffz surveillance des officiers)

prüfungstelle   :   bureau de contrôle

reservelazaret   :   hôpital temporaire

rückseite   :   verso

sendung   :   envoi

stamlager   :   camp de regroupement / dépôt d'origine / camp d'attache

stelle   :   bureau (lieu)

stempel   :   cachet postal

taxfrei   :   franc de port (franchise établie)

textinhalt   :   contenu textuel

truppenübungsplatz   :   camp d'instruction / zone d'entrainement des troupes (militaire)

uberwatchungsstelle   :   bureau de surveillance de la garde

übungsplatz   :   zone d'entrainement ou d'exercise (militaire)

verwaltung   :   administration

vorderseite   :   recto

watchkommando   :   détachement de garde

zensur   :   censure

zensuriert   :   censuré

ZivilArbeitsBataillon / ZAB   :   bataillon de travailleurs civils

zivilgefangenen-Kompagnie   :   compagnie de prisonniers civils

zurück   :   retour (par ex: retour à l'expéditeur)


__________________________________

 

REMARQUE  4  -  FR / MARRAINES DE GUERRE


Lorsque vous aurez parcouru les nombreuses fiches de cette collection concernant Mademoiselle Jeanne Marchal, vous conviendrez que l'on pourrait facilement insinué qu'elle fut une marraire.


Extrait de l'ouvrage : MÉMORIAL . Pierre et Joseph Saint-Loup . La Grande Guerre


« [...] 


Pourrait être édifié ici un chapitre entier, voire un livre, sur la grande part des femmes pendant cette guerre, car elles furent indispensables et à bien des niveaux: administrativement d'une part, puis remplaçant les hommes partis et travaillant dans tous les domaines ; manuellement en usine, notamment pour la fabrication d'armes et de munitions (surnommées les munitionnettes); mobilisées ou bénévoles; à la maison, à la ferme pour les travaux agricoles afin de nourrir non seulement leur famille, la population, mais tous les militaires sur le front ; oeuvrant dans maints domaines civils, privés et auxiliaires des forces; hôpitaux, contribuant à l'effort de guerre, prenant part comme infirmières, secrétaires, soutient moral... etc.


Il y eut aussi, ne les oublions surtout pas, les «marraines de guerre» pour soutenir le moral des soldats solitaires, sans famille ou couper du lien par cause de territoire occupé. Tout se déclencha par contre tranquillement pour faire boule de neige par la suite. La guerre commença sans qu'on ne puisse imaginer le temps qu'elle aura pourtant duré et sans que l'on ne puisse imaginer non plus les pertes et les tourments qu'elle aura engendrés. Il fallait tenir le coup. Il fallait faire en sorte de partager la douleur et la vie devenue presque insoutenable pour beaucoup, et donner la force et les moyens de le faire. Il y eut les propagandes patriotiques. Il y eut une philosophie de guerre valorisant le combat et la résistance. Il y eu des âmes prêtes à compatir et aider. Des familles, des enfants et des femmes auront perdu un mari, un père, un frère ou un ami.  Des actions furent prises, des mains se sont tendues et des bras se seront ouverts. On fit participer les enfants à l'école, qui envoyaient de petits mots et des colis préparés pour les soldats. Il y eut différentes oeuvres envoyant tricots, chaussettes, chocolat, biscuits et tout ce qui pouvait être utile ou apportant réconfort au soldat seul et/ou blessé.


Tout cela fut fait dans le but de soutenir le moral face à l'enfer des tranchées. Tout cela pour soutenir le front, l'arrière, mais aussi la zone intérieure qui souffrait de savoir ou de ne plus voir revenir cet ami, ce frère, ce père ou ce mari. La correspondance viendra en quelque sorte combler un grand manque, en offrant une attention particulière au soldat, dans le privé, dans la solitude, hormis ses camarades de tranchées, qui pour la plupart recevaient régulièrement des nouvelles et des colis de toute sorte, donnant un sens à leurs gestes et un espoir auquel s'accrocher. Un soldat, seul, aurait pu se trouver une personne avec qui partager, au hasard d'une rencontre pendant l'une de ses permissions, mais des associations se créaient donc, dès le début de la guerre, pour combler le besoin qui se faisait sentir de plus en plus. Une des premières associations fut «La famille du soldat» fondée le 11 janvier 1915 à Angers. Puis, entre autres,  l'oeuvre «Mon soldat», vient suivre l'exemple.


Plusieurs femmes des différentes associations s'offrent alors maintenant à la correspondance comme marraines, mais des femmes devenues veuves de guerre prennent aussi part à l'exercice, se redonnant de mêmes façons, une «présence» avec qui partager un réconfort. Les oeuvres perdent vite le contrôle et certaines correspondances ne seront pas demeurées dans le contexte marraine/filleul et/ou réconfort patriotique, devenant pour beaucoup des relations épistolaires amoureuses. Le phénomène pouvait très bien se comprendre, mais prit une ampleur insoupçonnée. Puis, lors de permissions, il y eut des rencontres, offrant gîte, repas, puis une nuit «confortable» certains diront, mais tout de même, loin de l'enfer... pour qu'il en résulte même des mariages. Le fait des marraines de guerre était devenu si populaire et controversé, hors mesure des moeurs de l'époque, que cela donna lieu à des polémiques variées dans la presse, dans l'opinion publique et au théâtre même par des pièces abordant le sujet de manière caricaturale. Certains qualifiaient la pratique d'immorale. On aura même voulu abolir la pratique de ce marrainage. Les soldats britanniques pour leur part se sont vu interdire le droit de se choisir des marraines françaises afin d'éliminer certains débordements. L'armée française est sur ses gardes et aura du fil à retordre au niveau du contrôle militaire des correspondances et ce qu'elle pourrait fournir à l'ennemi comme information si celle-ci tombait entre ses mains, voir même une espionne-marraine, saisissant le moral des troupes et informée de certains déplacements ou préparations militaires.


Quoi que l'on en dise, beaucoup de soldats auront reçu le réconfort, auront reçu des mots plus tendres que ce qu'était la vie de tranchée au quotidien. Bien que certains aient même trouvé là un certain plaisir dans l'abus, la grande partie aura retrouvé là une fierté, une compassion, une présence, une amie chère, et oui, pour d'autres une âme soeur, redonnant un sens à leur vie.


(Propos inspirés ici en partie du texte «Les marraines de guerre, l'autre famille des soldats» de l'historien Jean-Yves le Naour, revue No 181 avril 2008 «Les chemins de la mémoire». À  lire sur le site internet : www.cheminsdememoire.gouv.fr)                                    


[...] »

__________________________________

.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .    REMARQUES   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   ABRÉVIATIONS    .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .

                                                                     et autres signes (avec ou sans les points)

 

 

 

 

REMARQUE  11  -  France / extraits Journaux Officiels - loi et décrets

                                     Franchise - correspondance militaire

                                       (merci à Daniel/Rutilius pour recherche)


Loi du 30 mai 1871 relative aux lettres à destination des militaires faisant partie des corps d’armée de terre et de mer en campagne

– À partir de la promulgation de la présente loi, les lettres à destination des militaires faisant partie des

   corps d’armée de terre et de mer en campagne leur parviendront en franchise.
– Les lettres envoyées de ces corps d’armée jouiront du même avantage.
– Cette franchise sera maintenue, même après la fin de la campagne, pour les lettres à destination des

   militaires ou marins blessés ou malades, pendant tout le temps qu’ils demeureront dans les hôpitaux

   ou ambulances.
– Les lettres envoyées de ces hôpitaux ou ambulances jouiront aussi du même avantage.


Décret du 3 août 1914 relatif aux franchises postales accordées aux militaires et marins mobilisés.

– Les lettres simples, c’est-à-dire ne pesant pas plus de vingt grammes (20 g.), provenant ou à l’adresse

   de tous les militaires et marins des armées de terre et de mer mobilisées, sont admises à circuler en

   franchise par la poste.


Décret du 19-08-1914 relatif à la fabrication de cartes postales pour la corespondance militaire

– Ces cartes sont admises à circuler à découvert en franchise.

   Elles sont de deux modèles différents A. et B.  

   Le modèle A. est destiné à la correspondance expédiée par les militaires et marins ; les cartes de ce

   modèle sont mises gratuitement à la disposition des troupes par le service de la trésorerie et des

   postes aux armées. Les cartes du modèle B. sont à l'usage des particuliers pour la correspondance à

   l’adresse des militaires et marins. Elles sont mises en vente au prix de 25 centimes le paquet de 10,

   dans tous les bureaux de poste, les recettes auxiliaires et les bureaux de tabac.  


Décret du 21 septembre 1914

– Les dispositions du décret du 3 août 1914, concernant la franchise postale dont bénéficient déjà les

    militaires et marins français en campagne, sont applicables aux lettres simples adressées de France

    ou de Belgique, aux militaires belges en campagne sur le territoire français ou expédiées par eux,

    par l’intermédiaire du service postal français.  


Décret du 5 février 1916

– Les dispositions des décrets des 3 août et 21 septembre 1914 sont déclarées applicables aux

   colonies françaises et pays de protectorat autres que la Tunisie et le Maroc.

                                                                                                                               

                                                     __________________________________